Concertation secteur agricole – secteur bancaire : vers des mesures concrètes

26 Août 2015

Les nombreux changements au niveau du marché agricole génèrent de multiples défis dans le secteur, en particulier dans le domaine de la production de lait et de la viande porcine. Le “business model” de certaines exploitations est remis en cause par la volatilité actuelle du marché, ce qui peut entraîner des difficultés financières pour celles-ci. Le secteur bancaire prête attention à ces exploitations, et plus particulièrement à leur situation financière globale ainsi qu’en termes de liquidité.

 

Ce mercredi après-midi, une concertation entre le secteur bancaire (Febelfin) et le secteur agricole (Agrofront) a été organisée en présence des ministres fédéraux Willy Borsus, Ministre l’Agriculture, et de Kris Peeters, Vice-Premier Ministre et Ministre de l’Economie, et des Ministres régionaux de l’Agriculture Joke Schauvliege et René Collin.

Cette concertation a pour objectif de dégager des solutions en réponse aux difficultés de trésorerie rencontrées par certaines entreprises des secteurs concernés.

Le secteur bancaire procède à une première analyse de la situation financière des entreprises productrices de lait et de viande qui vise à poser un diagnostic précis de la situation actuelle dans les deux filières précitées et à dégager les réponses concrètes les plus adéquates.

A ce stade, il apparaît qu’une approche au cas par cas est la plus indiquée pour rencontrer les problèmes de liquidité des entreprises concernées.

Afin d’atténuer l’impact de la volatilité des prix sur le marché, les pistes suivantes sont avancées :

  • Tout d’abord, œuvrer à court terme, et de concert avec le secteur agricole et les pouvoirs publics, à une sensibilisation des exploitations agricoles concernées. Ces exploitations sont invitées à prendre contact à temps avec leur banquier afin de pouvoir réaliser une analyse approfondie de leur situation financière et de pouvoir discuter des solutions spécifiques et sur mesure appropriées. En parallèle, les banques elles-mêmes prendront l’initiative d’examiner la situation des dossiers potentiellement problématiques.
  • Febelfin fournira de plus amples informations à ce sujet, la palette des outils pouvant le cas échéant être mobilisés pourrait contenir:
    • un financement complémentaire,
    • la possibilité de report de paiement du capital,
    • la prolongation de la durée du crédit,
    • une formule mixte ou alternative.
  • À moyen terme, conjointement avec le secteur agricole et les gouvernements régionaux et fédéraux, une analyse des modifications structurelles et réglementaires qui pourraient être apportées au niveau régional, fédéral et européen sera réalisée afin de permettre une amélioration durable de la situation du secteur agricole.
  • Les différents niveaux de pouvoir sont mobilisés afin d’utiliser tous les leviers entrant dans leurs compétences, notamment via la possibilité d’activer des garanties régionales aidant à renforcer la situation financière des entreprises concernées.
  • Une task force regroupant des représentants des secteurs et autorités concernés est mise en place afin d’assurer un suivi continu de la situation.

Pour plus d’informations

Pour de plus amples informations, n’hésitez pas à prendre contact avec M. Rodolphe de Pierpont, porte-parole de Febelfin (02 507 68 31 – rp@febelfin.be).

Plus sur: