Les entrepreneurs perçoivent de moins en moins de contraintes de crédit

12 Juin 2015

Résultats du Baromètre du crédit de Febelfin pour le premier trimestre de 2015

Au cours des trois premiers mois de 2015, le taux de refus est descendu à un niveau plancher jamais atteint dans un premier trimestre depuis le début de la mesure en 2009. La production de crédits a, ce faisant, à nouveau connu une évolution positive. Les demandes de crédit, en revanche, ont baissé par rapport au même trimestre de l’année précédente. Ce, en dépit des taux d’intérêt très faibles, qui ont même atteint en mars 2015 un nouveau niveau plancher historique. Durant le premier trimestre 2015, c’est en janvier que l’encours des crédits aux entreprises a connu un pic (130,8 milliards d’euros). Fin mars, cet encours a finalement été d’un peu plus de 130 milliards d’euros. 

 

Michel Vermaerke, Administrateur délégué de Febelfin : « Le redressement de la demande de crédit tarde à venir. L’an dernier, quelques indices ont donné à penser que cette demande de crédit allait reprendre, mais nous constatons aujourd’hui, pour le deuxième trimestre consécutif, une évolution à la baisse. L’amélioration de la conjoncture économique et les taux d’intérêt très avantageux ne parviennent pour l’instant pas à relancer la demande de crédit. Cependant, on note une progression de la production de crédits, qui s’explique par l’assouplissement des conditions de crédit et l’évolution à la baisse du degré de refus. Ce degré de refus a ainsi atteint son plus bas niveau historique au cours du premier trimestre. Ce qui montre à nouveau bien que les banquiers sont à la recherche de bons dossiers de crédit et qu’ils donnent à ceux-ci toutes leurs chances. »

Accès aisé au crédit aux entreprises

Les résultats du Baromètre des crédits de Febelfin indiquent que le degré de refus est tombé à un niveau plancher jamais atteint, au cours du premier trimestre, depuis la mise en place de ces mesures. Sur l’ensemble des trimestres considérés, nous notons en outre que le niveau du degré de refus n’a été qu’une seule fois inférieur à celui de ce trimestre, en fait au cours du deuxième trimestre de 2014. Ceci cadre avec les résultats de l’enquête trimestrielle relative aux conditions de crédit menée auprès des entreprises par la Banque Nationale de Belgique (BNB)1. Les résultats de cette enquête publiée par la BNB indiquent que la perception de la contrainte de crédit a continué de s’améliorer. Seules les moyennes entreprises ont signalé un léger durcissement (cf. graphique). Le crédit aux entreprises reste donc aisément accessible, et c’est aussi là l’avis des entrepreneurs. 

Note : Une baisse traduit une amélioration de la perception de la contrainte de crédit. Autrement dit, plus la courbe est faible, moins les entrepreneurs perçoivent d'obstacles à l'emprunt.

 

La baisse du degré de refus est à mettre en rapport avec l’assouplissement des conditions de crédit signalé par les banquiers dans la Bank Lending Survey2. Ceci a un effet positif sur la production de crédits, ce qui se reflète également dans l’encours des crédits aux entreprises. 

Qualité des dossiers de crédit

Un degré de refus en baisse laisse supposer que la qualité des dossiers de crédit s'améliore. Cette évolution peut indiquer que la sensibilisation permanente à l'importance de présenter un dossier de crédit bien préparé porte ses fruits. On n'insistera d'ailleurs jamais assez sur l'importance de soumettre un bon dossier. Toutes les parties concernées doivent continuer d'apporter leur contribution dans cette optique.

Contexte

Voici ci-dessous un aperçu des résultats.

Portefeuille de crédits

En janvier 2015, l’encours des crédits aux entreprises a atteint son niveau le plus élevé, avec 130,8 milliards d’euros. Au cours des mois suivants, cet encours s’est à nouveau légèrement contracté. Le premier trimestre de 2015 s’est soldé sur un encours d’un peu plus de 130 milliards d’euros, ce qui le situait 2,9 % au-dessus du niveau de l’année précédente.

Degré de refus

Depuis le début de la crise économique et financière, le degré de refus n’avait encore jamais été aussi bas au cours du premier trimestre.

Production de crédit

Après une baisse au cours des deux trimestres précédents, à chaque fois de 2,2%, le nombre de crédits octroyés a connu un statu quo pour ce premier trimestre 2015 (-0,5%). En montant, l’on note en revanche une hausse pour le sixième trimestre consécutif (+3,4%).

Demandes de crédit

Au cours du premier trimestre de 2015, le nombre de demandes de crédit a été inférieur au nombre enregistré durant le même trimestre de l’année précédente (-1,9%). Une légère baisse a également été notée en termes de montant (-1,0%).

Taux d’intérêt

En mars 2015, le taux moyen pondéré s’est contracté de 8 points de base par rapport à février 2015, se retrouvant à 2,09%.

Pour plus d’informations

Vous pouvez obtenir de plus amples informations auprès de Mr. Rodolphe de Pierpont, porte-parole de Febelfin (02 507 68 31 – rp@febelfin.be).

----------

1 Depuis février 2014, la Banque nationale de Belgique (BNB) publie un nouvel indicateur dans le cadre de l'enquête trimestrielle sur les conditions de crédit qu'elle mène auprès des entreprises. Ce nouvel indicateur sur la “perception de la contrainte de crédit” présente le pourcentage d’interprétations défavorables des entreprises sur les conditions de crédit actuelles. https://www.nbb.be/doc/dq/f/dq3/histo/pfc1505.pdf

2 https://www.nbb.be/doc/dq/bls/fr/developments/bls_update.htm

Plus sur: